Abroger le sommeil, cumuler le dénivelé, étirer le kilomètre, se reclure socialement (les plus grandes discussions visant à demander si la carte Visa est accepté), abandonner ses songes au rythme des mélodies qui reviennent trop souvent. Le capital du gain alpin pèse.

Albulapass

Albulapass

5 :02AM. Le coup de pédale se crispe devant le déjeuner, Albulapass | 2315m. Trois soldats, croisant le fer, Matthew Falconer et Zbynek Simcik. Compagnie éphémère, enrichissante. Zbynek est un vétéran. Membre de l’édition no.3, il ‘scratch’ en Italie l’an dernier, suite aux dangers routiers dans la vallée de Pô au nord de l’Italie. Cependant, la beauté, il rallie la République Tchèque à vélo parce qu’il aime ça faire du bike! Anodin, simple, grand de sens. Ça me percute. Ça me bouscule. Tout prend son sens. À partir de ce moment, je n’allais plus subir la ride. Lever la tête, apprécier ma chance, revaloriser le pourquoi, laisser la ride me ressourcer.

La Dolce Vita

Pendant que des triathlètes me dépasse dans une session d’intervalle en col, mes pensées sont toujours en train de s’accorder avec la sagesse de Zbynek. L’Italie m’accueille dans une dolce vita tendre, Épicure au gouvernail des sens. Des vergers tapissent la vallée à perte de vue, m’invitent à ralentir le rythme, goûter, croquer. La rivière me berce jusqu’à Bolzano, aménagé pour la gente cycliste uniquement, bénédiction.

Brevet de grimpeur

Prisonnier des saveurs à chaque arrêt, la mozzarella fraîche, le proscuitto goûteux, le gelato en 16 millions de couleurs, le frisson accroché à chaque gorgée d’espresso. Les cols se succèdent, les dolomites obligent, offrent des paysages plus grand que nature, cimes acérés protégeant le prochain passage. Avaler les descentes, dépassant les véhicules, comme pour dire que je reviens de la caravane après une crevaison. Les risques sont calculés, mais pris. Tu payes cash quand tu calcules mal. C’est bon, j’ai fait des concours Mathémathlon au primaire. Ça passe. Et enfin le col de San Pellegrino qui me voit avaler les derniers mètres d’ascension, juché du rio della San Pellegrino qui chatouille ma soif.

Spectacle sur les Dolomites

Arrivée nocturne sur Alleghe, 17e sur la route au CP3.

CP3 : 4 :23 :50
305 km – 13h34 – 22.5km/h – 5439m


2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *