Vai Geoffroy Vai

Le soleil enlève tranquillement les heures de baignade aux plaisanciers. Respirant les effluves de leur plaisir, je ne peux que contempler le divertissement de la côte adriatique, sans pouvoir y goûter.
En 2010, j’avais déjà foulé cette route longeant la mer jusqu’à Zadar (départ de Compiègne, France) sur un périple d’environ 2000km en 10 jours. Les petites baies que tu contournes béat devant l’océan turquoise. Magnifique. Cependant hier, après Senj, un portage d’environ 80km impose une planification réfléchie pour trouver hébergement et nourriture.

« Tu peux faire des erreurs, mais jamais la même deux fois. »

Louis Garneau, En affaires, j’ai appris … 333 pensées

Hier, faute de planification réfléchie, j’ai fait la même erreur pour une deuxième fois : dormir en robe des champs, enrobé d’aluminium pour garder ma chaleur corporelle, sur le patio bétonné d’une maison abandonnée. 4h à alterner le sommeil vague et la contemplation du ciel étoilé.
4 :25AM. Absence de souper et déjeuner à plus de 50km de route, j’attend impatiemment l’ouverture de la boulangerie du camping qui me voit engloutir une montagne de croissants et chocolatines.

À ce stade dans la course, il y a pratiquement autant de façon de se rendre au CP4 que de participants! J’emprunte des raccourcis de gravel qui, depuis Google Earth, semblent accueillant. Erreur. Le chemin le plus court … La rencontre de femmes vêtues de noir sont saisis dans une époque lointaine. Rabougries par le temps, elles sont probablement millénaires. De voir passer ma carcasse à vélo, défiant le caillou, les stupéfait.
Aucun repère, se retrouver nulle part, en lettre majuscule, région aride quasi-désertique, vautour regardant possiblement ma progression jusqu’à épuisement. La chaleur écrase, le vent bloque, le progression est lourde.

Passage secret dans la vallée

Ma charpente cramée arrête sur Knin en plein cœur d’une manifestation partisane. Me faufiler dans la vallée et défier les derniers cailloux me ramène sur des chemins cléments, vent de dos, afin de poursuivre sur mon air d’aller, rattraper la meute.

L’inconnu m’attend en Bosnie, mines anti-personnel toujours présentes sur le territoire! Les chiens également … L’idée de participer à la TCR est née du documentaire Melons, Trucks and Angry Dogs, qui relate le récit de 2 chefs de produits de Specialized participant à la deuxième édition. L’histoire est irréelle; même avoir écrit un scénario n’aurait pas donné justice au drame et à l’émotion que les hommes ont vécus. L’histoire du gars prêt et du gars pas prêt qui se lance à la conquête de l’Europe en duo, faisant rapidement face à un dilemme de taille. Le gars pas prêt abandonne après 2 jours pendant que le gars prêt fonce à toute allure vers sa propre défaillance. Un bijou.

La Bosnie rentre dans la portion Angry Dogs du documentaire. La nuit noire crée la surprise lorsque 5 chiens en manque d’attention chargent sur les derniers kilomètres d’un col. Ne pas voir, mais entendre la charge, rajoute à cet épisode Hitchcockien.
Trouver un logement, goûter des fromages trop sûrs et m’endormir avec le CP4 à ma porte.

367 km – 14h45 – 24.9km/h – 4076m

Clic sur la map pour voir la ride


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *