Recette de cocktail cycliste explosif :

Prendre 30hrs de votre temps, y injecter 1000kms, condenser vigoureusement de manière succincte, ajouter 4 pincées de sommeil, enrober le tout d’un thinfoil d’aluminium pour faire un Geoffroy en robe des champs, puiser les dernières réserves énergétiques, rajouter 3000kms à faire et un soupçon de limace dans un bas (le jus de limace écrapouti, également utilisé par toute bonne vieille sorcière, possède des qualités de : je ne pars pas au lavage). Digérer. Maintenant vous êtes prêt à avoir une solide journée de marde.

La nature se réveille

La Turquie se rapproche dans les faits, en réalité elle s’éloigne. Il s’agit de la rétroaction du corps qui se protège, m’impose un marasme moral, contre cet excès de démesure. Mécanisme d’auto-censure, contrôlant l’être devant lequel je pâtis impuissant, impatient.
La ride te ramène profondément à ce que tu es, fait ressortir tes qualités, tes défauts, tes aptitudes, ta force et tes traits de caractère. Montre-moi comment tu rides, je te dirai qui tu es. Cette philosophie en construction est née sur les lunch rides quotidiennes chez Louis Garneau, où les traits fondamentaux des individus ressortent à travers leur comportement sur le vélo.

Le royaume de la Suisse ouvre ses portes pour me laisser trainer mon fardeau et mes lambeaux. La forteresse des vents protègera l’intégralité des berges du Lac Léman.

La Transcontinentale attire de plus en plus d’intérêt au sein de la communauté cycliste, si bien que certains dot watcher viennent à la rencontre des participants, offrant nourriture, boissons, encouragements. Livin’ the dream! Pascal Paineau, de Genève, me prend en chasse avec sa monture (relativement facile aujourd’hui), m’interpelle, m’explique, me donne 4 barres énergétiques, on prends un selfie! Wow. Comme si un ange venait à la rencontre de mon solitaire périple, libérateur de la morosité.

Dot watcher à la rescousse

Même constat sur Lausanne entre 2 McWhynot, un autre dot watcher m’accoste après avoir suivi ma déroute, véritable travail d’espion suisse.

C’est cocasse. Coke + coke + coke ≠ coca. Se trouver dans un champ de maïs bib à la renverse, à la vue de tous, c’est aussi ça le TCR, une intimité limitée…

Bulle, à 5km de Gruyère, où je plante fondation après une journée à reculons, carburant sur les ambitions fantômes, évaporées dans les dénivelés. Hébergement sans limaces.

204.4 km 8H41 23.5km/h 2667m

Clic sur la map pour voir la ride


1 Comment

  • Hello on t’a croisé à velo en contresens vers Rolle sur la route entre Genève et Lausanne le 1er août jour de fête nationale ! Et à la vue de ton équipement et de ton bon rythme de pedalage Eh ben ça m’a fait tilt… J’ai dit à mon épouse que tu devais sûrement faire la transcontinental !!! On t’as ensuite suivi à la trace…parce que j’ai dit à mon épouse « il est fou celui-ci de passer par le lac léman..Et ben chapeau bas pour ta belle gestion de ta course.. Bon repos mérité et merci pour tes récits

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *